INTERNATIONAL WOMEN’S DAY “WOMEN and GIRLS IN SCIENCE”

Women’s Day is celebrated on March 8th every year and represents the challenges women have encountered every day since the dawn of civilization. This day also celebrates the rights of women and fights for their equality. This day is also a reminder that women and girls play a critical role in science and technology communities and that their participation should be strengthened. In fact, to tackle some of the greatest challenges of this century (improving health, combating climate change, evolution of our diet, the rise of IA, water shortages, electromagnetic pollution, antibiotic resistance etc.), we need to harness all talent. That means getting more women working in these fields.

According to a UNESCO Report, in cutting edge fiels such as artifical intelligence, only 1 in 5 professional (22%) is a woman. Despite a shortage of skills in most of the technological fiels driving the Fourth Industrial Revolution, women still account for only: 28% of engineering graduates and 40% of graduates in computer science and IT. Women are typically given smaller research grants than their male counterparts, and: while women represent 33.3% of all researchers, only 12% of members of national science academies are women.

********

The Swedish Research Council has conducted a study aimed both at investigating and analysing the differences between the career development of women and men, and at investigating how the conditions in higher education are perceived by women and men. They have also, to some extent, wanted to highlight the conditions in higher education from a management and employer perspective. Today, several scientific fields appoint approximately the same number of women and men as professors, and within these fields gender equality at professor level will probably become reality within a 25-year period. One exception is natural and engineering sciences. Here, the number of female professors is low, which in turn is because the number available for recruitment is low.

Some points highlighted by their study of the Swedish Research council:

The route to becoming a professor is not gender equal in any subject area. The proportion of women in the number available for recruitment is just over 10% higher than the proportion of newly appointed professors who are women.

The study also shows that, in all scientific fields, women face more challenges than men do. One reason for this is that women to a greater extent are active in research subjects where the opportunities to gain merit in research terms are small, while men to a greater extent are active in fields offering more time for research. At the same time, these are recurrent patterns that are often detrimental to women, and these can therefore be part of the explanation of the difference that cuts through the scientific fields, namely that it takes longer for women than for men to be appointed a professor.

  • Time for research is unevenly distributed between scientific fields, and as a consequence of gender. A higher proportion of women are active in research subjects that have few professors, and a higher proportion of teaching and lower proportion of research.
  • Women report to a greater extent than men that it is difficult to be responsible for young children and simultaneously develop a career in higher education.
  • Fewer women than men have access to two of the success factors that women themselves assess in the questionnaires as being among the most important for success in higher education: the opportunity to gain scientific merit, and access to a mentor.

There are organisational aspects in higher education that are detrimental to both women and men. These relate to conditions of employment, work environment conditions, and the difficulties that those of an under-represented gender encounter in the workplace.

  • A small proportion of the junior researchers have employment that is regulated in högskoleförordningen (Swedish higher education ordinance) and that offers a clear career path, namely as associate senior lecturers.
  • Many women and men work more than the 40 hours per week that constitute normal working hours in Sweden. Almost one quarter respond that they work between 50 and 60 hours per week, and some work even longer. The department heads in their interviews point to the high level of competition, in particular in medicine and health, and natural and engineering sciences respectively.
  • The questionnaire answers show that the experience of being or not being part of a community in the workplace may be an effect of gender, as well as of employment category and origin.

********

To mark the occasion, the Scientific and Higher Education Cooperation Department has decided to give the floor to our scientific partners (French and Swedish). Please find below the testimonials of some of our scientific partners.

The questions were asked to:

Kristina Edström, Professor of Inorganic Chemistry at Uppsala University

Christine Darve, PhD. Engineering Scientist, In-Kind Management Divisions at European Spallation Source

Léa Braud, Postdoctoral Researcher, KTH

Elodie Ponsot, Associate Professor, Head of the Division of Sport Sciences (Örebro University)

Depending on who we were talking to, we decided to ask questions in English or French. We hope you enjoy reading!

[Kristina Edtröm]: Yes both directly but mostly indirectly. Directly when I became pregnant and later too successful and indirectly by subtle things that most women can describe (made invisible, not counted on, asked to do simple things like making the coffee at meetings etc.) However, many of the things I experienced as a young scientist would not happen today. Things have become much better.

[Christine Darve]: I don’t personally feel that I have faced severe discrimination in my career, but rather feel a latent lack of consideration for women in science. I have always considered myself as equal to men, but in the engineering and scientific world, there is still a gap to fill. Women have to work harder to be considered in their workplace and still struggle in high management.  Women are much more emotional than man, and don’t response (protect themselves) in strong enough way.

[Léa Braud]: Je ne pense pas avoir été confrontée à de telles discriminations au cours de mes études ou de ma carrière d’enseignante-chercheuse. En effet, j’ai suivi des études d’ingénieur agronome, cursus dans lequel il y a une grande majorité de femmes. Je travaille aujourd’hui dans le domaine du domaine du développement durable en Suède, pays où il me semble que l’égalité hommes-femmes est mise en avant.

[Elodie Ponsot]: En réfléchissant à mon parcours dans les Sciences du Sport, j’ai souvent évolué au sein d’équipes et de milieux professionnels où la prédominance masculine était notable, que ce soit en France, en Suède ou ailleurs. Je suis heureuse de constater que, globalement, au sein des équipes, départements ou réseaux collaboratifs dans lesquels j’ai travaillé, la question de savoir si une difficulté rencontrée était liée au fait que je sois une femme ne s’est que rarement posée, indépendamment de la composition des équipes. Je suis consciente de cette chance, que je dois à mes collègues actuels et passés, et aussi du fait que ce n’est malheureusement pas une réalité quotidienne pour toutes les femmes de science.

Exercer ce métier de passion demeure un privilège exceptionnel, mais il faut reconnaître que le milieu académique et scientifique n’est pas toujours facile, souvent au-delà de ce que la compétitivité et l’exigence d’excellence peuvent justifier. Comme d’autres, j’ai été confrontée à ces obstacles d’origine humaine, se produisant selon une parité tristement exemplaire. Néanmoins, il est vrai que dans de très rares situations, j’ai eu ce ressenti vraiment très dérangeant qu’une problématique de genre était sous-jacente à un comportement, une remarque déplacée ou à un obstacle rencontré.

Bien qu’étant optimiste quant à l’avenir, par mon parcours et grâce aux générations actuelles que je côtoie, je pense que nous devons rester vigilants sur ces questions. C’est une responsabilité individuelle et collective. Nous devons aussi être conscients de la nécessité continue de promouvoir un environnement inclusif, bienveillant et équitable.

[Kristina Edtröm]: We need to show that it is interesting and that we work with people as much as we work with scientific problems. There is generally (also for men) an idea that it is so difficult and that you either have to work hard or be a genius. I think you need to work hard what ever you will have to work with but as a scientist in academia you can control your own time. This is important when you also have a family.

[Christine Darve]: Have mentor in science that teach them rational thinking, encourage proactive attitude at earlier age and show self-confidence at school; More open day in lab and creative Outreach activities, to generate curiosity; Show cases/example of career in STEAM; Allow scientists for more engagement as part of their assignment.

[Léa Braud]: Il est important d’encourager les filles dès leur plus jeune âge et de les familiariser avec les métiers scientifiques. Pour les plus jeunes, participer à des ateliers scientifiques leur permet de rencontrer des chercheuses et d’effacer les préjugés. Pour les lycéen(ne)s, certains établissements encouragent les anciens élèves à venir témoigner de leurs expériences post-bac pendant des journées dédiées ou des passages dans les classes. Je pense que les anciens élèves sont des interlocuteurs privilégiés qui aident les lycéen(nes) à se projeter dans les domaines scientifiques variés.

[Elodie Ponsot]: C’est une question complexe. Une mise en place plus soutenue de forums dédiés, où l’on discute et informe sur la voie scientifique en tant qu’option de carrière, est sans doute un élément facilitateur. Ces espaces pourraient être particulièrement utiles lorsqu’un intérêt ou un talent spécifique se manifeste au cours du parcours scolaire ou universitaire. Il est tout aussi important de rassurer les filles qui pourraient être attirées par un domaine particulier mais hésiteraient à s’engager. En leur donnant confiance en leurs capacités et en soulignant que les femmes ont pleinement leur place dans le milieu professionnel scientifique, nous pouvons contribuer à lever les barrières qui pourraient les retenir. L’utilisation de modèles féminins inspirants pourrait également jouer un rôle décisif, démontrant que réussir une carrière scientifique est à la portée de chacune. En fin de compte, il est crucial de rappeler que la science est avant tout une vocation enrichissante, une passion ! Non seulement une carrière scientifique peut permettre de s’immerger dans son sujet de prédilection, mais elle offre également le privilège de contribuer à le faire progresser et transmettre sa passion aux nouvelles générations, devenant ainsi elles-mêmes un modèle inspirant et bienveillant.

Encourager les filles à voir la science comme une avenue accessible et gratifiante devrait être une priorité, tout en continuant à créer des initiatives qui favorisent l’égalité des chances et l’inclusion dans le domaine scientifique.

[Kristina Edtröm]: It comes after you PhD and your post doc when you are in an age to start a family but also would like to become a permanent scientist. It comes when you need to show the first steps to become independent by attracting external research grants.

[Christine Darve]: It strongly depends on personal cultural background. For me, by order: assumption of responsibilities, places of practice, start of career, training.

[Léa Braud]: Je pense que ce décalage peut se faire ressentir dès la formation dans certains cas. Dans le milieu académique, j’imagine que l’entrée dans la vie professionnelle peut parfois être compliquée, avant de s’établir dans un domaine de recherche spécifique.

[Elodie Ponsot]: Le décalage entre une femme scientifique et un homme scientifique peut se manifester à divers moments de la carrière, mais il devient souvent plus marqué lors des prises de responsabilités et des avancements de carrière.

Il est important d’être particulièrement vigilant, car les causes de ces disparités, lorsqu’elles surviennent, peuvent parfois être plus subtiles que des décisions qui pourraient être prises de manière injuste, comme les nominations à des postes ou les opportunités de financement de la recherche.

Par exemple, des études indiquent que dans le milieu académique, les femmes assument souvent une part plus importante des activités, le plus souvent administratives, invisibles et non valorisantes, souvent appelée « academic housekeeping », ce qui les pénalise de manière chronique au détriment du temps qu’elles auraient pu consacrer aux activités de recherche dont l’avancement de leur carrière dépend, telles que les demandes de crédits, la gestion de projets, et la rédaction et publication d’articles.

Il est impératif d’encourager activement l’équité dans l’accès aux opportunités professionnelles tout au long de la carrière. Cela nécessite une attention particulière pour identifier et rectifier les disparités, subtiles ou non, qui peuvent freiner la progression des femmes scientifiques.

[Kristina Edtröm]: I would like to have heard that I had the capacity since I had a low self-esteem. To a young girl I would say: if you love science just go for it. Do not allow silly comments or other people’s doubts hinder you to do what you want to do. You will also find support and a lot interesting opportunities.

[Christine Darve]: As a kid, I was very curious and always worked hard. As I come from the country-side, there was no access to culture, museum etc… so, I would have like to hear stories of success person, like Marie Curie, etc. As a student, I would have liked to hear more about popular science. To the young girl I was: Keep on dreaming, working hard and don’t be shy…dare it : ) Yes you can : ))

[Léa Braud]: Je pense qu’il est important d’être curieux et de garder une ouverture d’esprit. Une carrière scientifique, en particulier dans l’académique, se construit sur des opportunités, des rencontres, des échanges. Mes expériences à l’étranger ont été très formatrices. Les échanges culturels, l’apprentissage de nouvelles langues, une capacité d’adaptation à des contextes très différents. Il faut savoir saisir les opportunités bien que parfois, elles nous font dévier de notre “plan” initial.

[Elodie Ponsot]: Tout d’abord, par rapport à la question précédente (comment encourager les filles à embrasser une carrière scientifique), j’ai eu cette chance. La chance d’entendre ce que j’avais besoin d’entendre étant étudiante. Et, lors de mon cursus universitaire, au moment crucial du choix de carrière, j’ai bénéficié d’encouragements actifs à choisir ce métier et poursuivre dans cette voie.

Spontanément, je commencerais par dire à la jeune fille que j’étais : Fonce, tu as fait le bon choix !

Ensuite, avec du recul, je lui dirais qu’il y aura des périodes formidables mais que tout ne sera pas facile. Il lui faudra compter sur son travail, sa persévérance et cultiver sa confiance en soi. Et puis aussi rester fidèle à ses valeurs et de ne pas hésiter à se rapprocher de collègues et de mentors bienveillants. Il y en a toujours et dans toute situation.

Bien qu’imparfait, je lui dirais aussi que l’environnement académique et scientifique se veut être bienveillant et équitable.

[Kristina Edtröm]: I am at the end of my career and I my primary goal is to support the next generation of scientist and try to promote research collaboration in Europe across borders.

[Christine Darve]: Engage in international scientific communication for my institute. Balance my daily ESS work to ensure that ESS reaches its goal, while constructing a global network to serve the future generation.

[Léa Braud]: Je souhaite continuer ma carrière d’enseignante-chercheuse dans le domaine du développement durable et en particulier des analyses du cycle de vie. Je m’intéresse aux méthodes d’évaluation des impacts environnementaux et sociaux associés à la culture d’algues et production de produits algo-sourcés. Je suis convaincue du rôle important que les algues peuvent jouer (et joueront) dans la réponse aux enjeux et défis du 21ème siècle comme par exemple, le changement climatique.

[Elodie Ponsot]: Mes objectifs futurs incluent continuer à contribuer de manière significative à la recherche scientifique dans mon domaine et, à travers mes différents rôles professionnels, à la promotion de ce beau sujet que sont les Sciences du Sport.

Par rapport au sujet de cet entretien, j’espère également contribuer à un environnement professionnel bienveillant, productif et épanouissant pour les femmes, avec une attention toute particulière pour les plus jeunes qui démarrent dans la profession.

[Kristina Edtröm]: I think it is all the people that I have had the opportunity to mentor. Many of them are now having good positions in industry, both in Sweden and elsewhere. It is a true pleasure to see how they have grown to become strong, smart and independent persons.

[Christine Darve]: Having being part of the LHC design team and its commissioning. Having initiated and led the In-Kind technical collaboration of the ESS cold linac; Built up capacity in the developing communities;

[Léa Braud]: Je suis très heureuse d’avoir, depuis ces cinq dernières années, consacré du temps au volontariat. J’ai fondé une association d’anciens élèves pour mon lycée dans le Sud de la France. Nous avons créé un Forum de Témoignages qui a lieu chaque année afin de favoriser les échanges entre anciens et lycéens. Les deux objectifs principaux sont de promouvoir les études supérieures et d’éviter l’auto-censure lors du choix des formations post-bac. Je suis également fière d’avoir aidé à organiser de nombreux ateliers scientifiques pour des enfants francophones vivant a l’étranger, à Dublin et plus récemment Stockholm.

[Elodie Ponsot]: Je suis particulièrement fière d’avoir contribué à des avancées dans mon domaine de recherche, tout en surmontant des défis dans le respect des valeurs qui me sont essentielles.

Retour en haut